La machette, outil de tous les jours

La machette

La machette est un outil iconique, presque autant que le couteau, pour le domaine de la survie. Très en vogue, elle est fortement demandée par les survivalistes, mais également par les amateurs de bushcrat, les jardiniers écolos, ou, encore, par les collectionneurs et fans de la culture geek.

 

  • La machette, une arme à l'histoire chargée

 

Initialement conçue  à des fins agricoles, la machette est très répandue dans les pays au climat chaud, humide, voire les deux à fois. On la retrouve dans les DOM-TOM (Martinique, Réunion), dans les pays africains ( République Centrafrique), ainsi que dans la jungle.

Elle sert à débroussailler les chemins encombrés par une végétation dense et envahissante, à récolter de la canne à sucre,  ainsi qu'à ouvrir des fruits à la coque dure, comme la noix de coco, ou les cabosses de cacao.

 

Ces attributs ont été fort utiles, notamment pour les G.I lors de la guerre du Vietnam. Ayant besoin d'évoluer dans un paysage à la végétation importante, ils ont vite adopté cet outil de survie pour les y aider. De même, pour leur propre défense, la machette leur a été un allié de poids.

 

En effet, si la machette est avant tout un accessoire dédié à l'agriculture et pour se frayer un chemin parmi les hautes herbes et plantes, elle a également servi à blesser. Elle a l'air d'un outil tout à fait inoffensif (si on exclut les risques d'accident liés  à tout objet tranchant). Cependant, la machette peut être une arme redoutable.

Utilisée par la population dans le but de se défendre, elle est aussi l'arme qui a servi a massacrer des milliers de personnes.

 

Au Rwanda, par exemple, elle fut surnommée l'arme des lâches. À cause des massacres perpétrés avec elle dans ce pays, elle restera symbolique.

Elle aussi l'actrice de nombreux faits divers peu reluisants, bien souvent des agressions, voire, des meurtres.

 

Son passé a donc été entaché par ces événements malheureux, au détriment de ses qualités et de sa réelle utilité.

Blog machette
  • La machette dans la culture populaire

 

Si la machette est devenue aussi célèbre, ce n'est pas seulement à cause des faits divers, ni d'un regain d'intérêt pour le survivalisme.

 

La culture « geek », le cinéma, les séries, ont largement contribué à sa popularisation.

Au cinéma, les productions comme Vendredi 13, ainsi que de nombreux films de zombie, ont mis la machette en avant comme arme, aussi bien pour tuer, que pour se défendre. La série The Walking Dead elle aussi, met la machette en avant, au milieu de toutes les autres armes.

 

Les jeux vidéo ne sont pas en reste, avec des titres cultes tels que Assassin's creed, Far cry, Resident Evil ou Left 4 Dead 2.

 

Comme on peut le voir, cette arme est très populaire, surtout pour ceux baignant dans cette pop culture. Mais même ceux qui en sont éloignés ont déjà entendu parler du célèbre tueur masqué  à la machette.

Néanmoins, les utilisations de la machette dans ces divertissements sont essentiellement combatives ou  défensives. La notion de machette/outil est là aussi occultée, et il est bon de la remettre sous le feu des projecteurs.

 

  • Les différents types de machettes

 

Une machette, tout le monde, ou presque, sait de quoi il s'agit et à quoi ça ressemble. Son design peut faire penser à une sorte de sabre droit. Mais il n'existe pas un, mais plusieurs styles de machettes.

Chacune a ses particularités, selon l'emploi pour lequel elle est destinée. Ainsi, il existe des machettes pour la canne à sucre, d'autres plus spécifiquement conçues pour couper les hautes herbes. Les formes varient, et il est conseillé de les connaître afin de faire le bon choix, selon l'usage que l'on veut en faire.

 

– Commençons par la machette la plus classique, celle qui est bien ancrée dans l'imagerie collective, la machette latine. Toute droite, avec une très longue lame, elle est de plus en plus légère, permet de débroussailler sans problème, et même se défendre le cas échéant.

– La machette canne à sucre (ou tapaga, ou ATC) : machette lourde, avec une lame qui se termine le plus souvent en angle droit, sans pointe. Assez épaisse, elle est davantage destinée à la coupe des végétaux durs, comme le bois ou les lianes.

– La machette kukri : très élégante, c'est une machette qui est aussi très polyvalente. La lame courbée est capable de s'atteler à de nombreuses tâches. Avec sa taille, ni trop courte, ni trop longue, elle peut presque tout faire, sans se spécialiser dans aucun domaine.

– La machette bolo. Elle ressemble à la machette latine, mais en plus lourde. Avec elle, on peut aisément s’attaquer à de plus gros travaux.

– La machette-serpe. En forme de serpe, donc, elle est dédiée à la coupe de végétaux, sa forme empêchant d'avoir une force de frappe suffisante pour le bois.

 

 

C'est un tour d'horizon des différents styles de machettes, avec les principales conceptions. Mais il existe pléthore de déclinaisons. Par exemple, on peut citer la machette panga, qui ressemble à s'y méprendre à une machette bolo, la pointe en moins. Ou encore, les machettes dites gator, qui ont la particularité de posséder une scie sur le dessus de la lame.

 

Nous avons aussi des machettes plus orientées pop culture, comme les machettes zombies killer. Leur look et leur forme, assez souvent agressifs, ainsi que les couleurs choisies, plaisent à une clientèle ayant grandi avec des films iconiques et la culture zombie. Attention, il faut bien les choisir, et ne pas se tourner vers n'importe quelle boutique pour s'en procurer une. La mode fait que certaines de ces machettes sont tout simplement d'une qualité laissant à désirer.  C'est pourquoi il faut être attentif, et ne pas se laisser berner par une machette au design original, mais qui cassera au premier bout de bois venu.

 

Cela est d'ailleurs valable pour tous les autres types de machettes et d'armes en général. S'assurer que les matériaux utilisés sont de bonne facture, que les manches sont solidement scellés à la lame... Cela vous évitera bien des déconvenues, et des accidents.

 

 

  • Une machette, pour quoi faire ? Jardin, buschraft, survie ?

 

On peut se demander ce que la machette peut nous apporter, surtout si on n'est pas survivaliste. Pour beaucoup, d'ailleurs, dans nos régions d'Europe, la machette n'est pas utile et ne remplace pas une bonne vieille hache. Sans avoir complètement tort, ils n'ont pas non plus forcément raison.

 

D'une part, parce qu'il existe tellement de différentes machettes qu'il y a forcément celle qui convient à une utilisation donnée. Par exemple, la machette canne à sucre peut tout à fait remplacer une hachette.

 

D'autre part, chez nous aussi, nous avons de quoi faire avec le layonnage. Si la végétation européenne ne saurait rivaliser avec celle de la jungle, il n'en reste pas moins qu'elle peut facilement nous bloquer le passage lors des virées en forêt, surtout si celle-ci se compose de ronce ou d'ortie.

 

Par sa polyvalence, la machette évite également d'emporter avec soi plusieurs outils, qui seront lourds et fatigants à porter, en plus d'être encombrants.

 

En somme, si vous avez envie de passer quelques heures ou jours en forêt, une machette vous sera plus utile qu'une hache seule. Pour cela, il faut choisir le bon modèle, qui vous permettra de pouvoir couper du bois tout en étant capable de dégager un chemin parmi les plantes.

 

D'autres aspects, moins connus, mais de plus en plus évoqués, de la machette, sont ses caractéristiques écologiques et économiques. En effet, l'entretien de ses extérieurs peut vite être une source non négligeable de dépenses et de pollution. Une débroussailleuse a un coût, et a un impact important sur la qualité de l'air. Elle est aussi polluante lors de sa fabrication, beaucoup plus qu'un coupe-coupe.

Une machette, elle, s’acquiert pour un prix tout à fait raisonnable, pourra faire plusieurs choses, travaillera aussi bien et très vite, le tout, en silence, et sans émissions de substances nocives. Pour peu qu'elle soit bien entretenue, elle peut durer de très nombreuses années, voire, même, toute une vie.

 

En termes de survie, elle sera utile non seulement pour pouvoir passer dans les forêts et se frayer un chemin, mais elle rendra  bien des services aussi pour faire un abri, du feu, en coupant du bois, se nourrir en ouvrant des fruits à coques dures, ou en tuant de façon propre du petit gibier.

N’oublions pas qu'elle peut, également, dans un contexte difficile, vous servir à vous défendre efficacement.

 

En somme, la machette fera le bonheur aussi bien du jardiner que des adeptes de bushcraft, ainsi que de toute personne en situation de survie.

 

  • Quelle machette choisir ?

 

Nous avons vu les différents types de machettes et leurs potentiels. Reste à savoir pour quelles utilisations elles seront le plus appropriées.

 

– Pour le jardin, l'entretien des extérieurs : La machette latine, coupe-coupe, est la plus indiquée. Légère, maniable, avec une longue lame, elle pourra aisément couper toutes les herbes indésirables. Polyvalente, elle permettra d'autres travaux, comme couper du petit bois, ou du bâtonnage.

– Pour du buscraft,  ou des virées en forêt, une machette un peu plus lourde, mais polyvalente sera nécessaire. En effet, vous pourrez être amené à devoir couper du bois plus gros, creuser des trous, et pour cela, il vous faudra une machette qui assurera dans ce domaine.Une machette bolo ou kukri convient bien à ces tâches.

– Dans une optique de survie, vous pourrez choisir entre les deux modèles ci-dessus, mais vous pouvez également opter pour des machettes davantage destinées à couper du bois, à chasser, ou vous défendre. Dans ce cas, la machette pour canne à sucre, ou zombie killer de bonne qualité, seront sûrement de meilleurs choix. Si vous partez à l'aventure dans un pays ou une région hostile, à vous de voir ce qui sera le plus adapté aux besoins des lieux, selon la végétation et votre utilité.

 

Une fois le choix du modèle fait, il faudra choisir une bonne machette. Celle qui ne se cassera pas facilement (avec une utilisation raisonnable, bien entendu. Ne comptez pas couper un arbre avec une machette légère).

 

Comme pour les couteaux, un des critères les plus importants sera la prise en main. En effet, une bonne prise en main évite les dérapages, donc les accidents. Elle assure un travail plus précis,  diminue la fatigue et les douleurs aux mains, aux poignées, et à l'épaule. Le manche doit donc être choisi avec soi, selon ses préférences. Il en existe de toutes sortes : en bois, en lanières de nylon, en ABS, en caoutchouc, en aluminium...

 

La lame, quant à elle, doit être tranchante, et faite dans un acier résistant. Le plus répandu est l'acier inoxydable. Il accuse bien les coups et les chocs, et il ne rouille pas. Très appréciable quand on veut pouvoir garder sa machette le plus longtemps possible, et travailler en milieu humide.On peut trouver des lames de machettes en acier inoxydable recouvert de titane, assurant encore plus de solidité.

 

Presque toutes les machettes sont full tang. Et c'est un critère important. En effet, du fait de sa longueur, il est primordial, encore plus qu'avec n'importe quelle arme, que la lame et le manche restent bien scellés. Avec une machette full tang, pas de risque de voir la lame s'envoler au loin (ou sur quelqu'un!). Si vraiment, le manche qui recouvre la soie se casse,  ça n'aura pas de conséquences désastreuses. De plus, on peut toujours s'en fabriquer un le cas échéant ( par exemple, en recouvrant la soie de cordes, à la manière des cordelettes nylon de certains modèles).

 

Selon l'usage que vous voulez en faire, n'hésitez pas à regarder le poids, la longueur et l’épaisseur de lame. Certains travaux seront plus exigeants que d'autres, nécessitant ainsi des lames plus épaisses et des machettes plus lourdes.

 

Pour votre confort, choisissez un modèle avec étui, qui peut se porter à la ceinture, ou, mieux, à l'épaule. Cela a l'air d'un détail, mais, quand on marche des heures avec du matériel sur le dos, on apprécie l'encombrement moindre et de pouvoir avoir les mains libres. Porter sa machette à la ceinture ou sur l'épaule et, du reste, moins fatigant.

 

Enfin, autre détail qui a son importance : la couleur de la machette. Et là, il y a deux écoles. Ceux qui veulent passer inaperçu (dans le domaine de la survie, c'est souvent le cas), et là, ils vont choisir soit une machette qui se confond dans la nature, type camouflage, ou tout simplement verte, avec une lame mate qui ne brille pas, soit, la machette sera destinée aux travaux ou buschraft, et le possesseur voudra pouvoir la repérer parmi la végétation quand il l'aura posé. Des machettes aux couleurs vives sont alors toutes indiquées.

Blog machette

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,