Le manche d'un couteau

Le manche d'un couteau

Choisir un couteau n'est pas forcément évident. Devant la multitude de produits sur le marché, vous pouvez vous retrouver un peu démunis et choisir un modèle qui ne vous convient pas forcément. C'est pourquoi il est utile de faire un point sur les différentes parties du couteau. Aujourd'hui, attardons-nous sur le manche.


Le manche d'un couteau, un élément primordial

 

Les gens portent très souvent leur attention sur la lame de leur couteau, mais très peu sur le manche, sauf pour des buts esthétiques. Or, c'est une erreur. Le manche d'un couteau est un élément à ne pas négliger.
Il faut qu'il soit solide, qu'il tienne bien la lame, qu'il soit ergonomique. Sans ces qualités, un couteau pourra devenir fatiguant pour travailler avec, inutilisable si le manche se casse, voir dangereux s'il glisse. C'est pourquoi il faut prendre soin de bien choisir, selon l'usage qu'on en fera, son couteau et le manche qui va avec.


Il va de soi que votre choix doit être en adéquation avec votre activité. Par exemple, si vous voulez un couteau pour la cuisine, un manche en inox sera plus hygiénique, tandis qu'un manche en caoutchouc sera plus utile pour des travaux dans la forêt.

 

Les matériaux utilisés pour les manches de couteaux

 

Il existe énormément de matériaux pour faire un manche de couteau. D'origine végétale, animale, en passant par le métal et les matériaux composites. Voici une liste de ce que vous allez le plus couramment trouver :

  • Manche bois. Qui mérite un chapitre à part entière (voir ci-dessous).
  • Manche acier inoxydable. Matériau très résistant, insensible à la corrosion. Il est assez lourd. Dans l'idéal, choisissez un manche muni de protections antidérapantes.
  • Manche micarta. Papier ou coton mélangé trempé dans de la résine. Matériau très solide et imperméable, en plus d'être léger. Il est néanmoins un peu cher et peut se casser.
  • Manche G-10. Fibre de verre trempée dans de la résine. Il est léger et solide, mais cassant. Il équipe beaucoup les poignards et couteaux tactiques.
  • Manche ABS. Très utilisé pour les couteaux de cuisines, mais aussi de survie, ce matériau est un polymère thermoplastique. Il est résistant aux chocs et à l'humidité.
  • Manche aluminium. Très léger, il ne rouille pas et est résistant. Il peut néanmoins être sujet aux rayures. Comme le couteau avec un manche en acier inoxydable, prenez garde à ce qu'il ne glisse pas. 
  • Manche PVC. Léger, et prix abordable. Un manche en PVC peut tout à fait être solide, mais vérifiez bien la qualité avant d'acheter, les matières plastiques étant souvent utilisées pour fabriquer des objets fragiles.
  • Manche titane. Matériau léger, résistant à la rouille et solide. Il est néanmoins assez cher et est sujet aux rayures.
  • Manche fibre de carbone. Résistant, solide. Peut casser, même si ça reste exceptionnel.
  • Manche métal, en général, est très utilisé. Chaque métal apporte des propriétés, et le coût varie en fonction du métal choisi (l'argent sera plus cher que l'aluminium), du travail effectué dessus (orné, sculpté...).
  • Manche caoutchouc. Résistant, souvent antidérapant , il est fréquemment utilisé pour les couteaux tactique et de survie.

 

Manche de couteau d'origine animale

 

Les manches fabriqués avec des matériaux d'origine animale sont assez répandus. Bois de cerf, ivoire, ambre... Ce sont des couteaux qui sont souvent répertoriés dans la catégorie luxe. Parmi ces matières, citons :

  • Le bois de cervidé. Cerf, Orignal. Ce sont des matières qu'on récupère sans causer de dommage à l'animal, les bois de cervidés tombant chaque année. Le résultat est variable. Ils peuvent donner des manches lisses ou striés.
  • L'ambre, de cachalot, fait à partir de déjections de ceux-ci.
  • L'ivoire et l'os de baleine. Deux matières similaires une fois polies. L'ivoire est plus compliqué à trouver maintenant grâce à la protection des espèces.
  • Le nacre. Plus résistant à l'acide.

Les matériaux issus d'animaux sont plus chers, plus rares, et, en général, plus fragiles. Ils sont plus destinés à des collectionneurs que pour une utilisation quotidienne.


Les manches de couteaux en bois

 

Classique, le bois est toujours un must pour la confection des manches de couteaux. Selon l'essence utilisée, il sera plus ou moins cher, résistant et, surtout beau. Le bois nécessite un entretien particulier. Il n'aime pas les passages prolongés dans l'eau et doit être traité régulièrement si vous ne voulez pas qu'il se patine. Pour cela, utilisez de l'huile, vernissez-le ou vitrifiez-le.

 

Il existe énormément de bois différents pour faire des couteaux. Les bois européens, classiques, mais aussi les bois exotiques, qui peuvent donner davantage de choix quant aux couleurs et aux finitions. Ils sont généralement moins sensibles à l'humidité (mais doivent malgré tout être traités). De plus, ces bois sont plus résistants aux parasites et toxines.


Voici quelques exemples des essences que vous pourrez retrouver :

 

  • Le chêne, frêne, châtaigner, platane... Sont des bois européens dont la qualité n'est plus à démontrer. Plus sensibles que leurs cousins exotiques, ils devront être traités et nourris régulièrement.
  • Les bois fruitiers sont aussi d'excellents matériaux de base. Parmi eux, nous pouvons citer le poirier, châtaigner, noisetier, pommier...

 

Ici, quelques bois qui sont très prisés :

  • L'amarate, d’Amérique centrale. Avec les UV et le vieillissement, elle passe d'une couleur brune à violette. Son grain est fin.
  • L'amourette ressemble à une peau de léopard. Son grain est fin et elle vient de Guyane.
  • L’ébène.  Essence de luxe. Grain fin et lourd, bonne prise ne main. L'ébène est de couleur tirant vers le noir. C'est un bois magnifique très apprécié.
  • Le buis. Bois qui se bonifie en vieillissant. Tout comme l'ébène, c'est une essence qui est très appréciée.
  • L'amboine. Très rare et très coûteux. Il n'y en a quasiment plus. De couleur rouge brun au jaune.

 

Il existe également ce qu'on appelle les bois stabilisés. Ce sont des bois, européens ou exotiques, dont on est venu renfoncer la solidité en injectant de la résine. Par rapport au bois brut et naturel, ils sont moins sujets au mauvais vieillissement et aux tâches. Ils sont plus onéreux à l'achat, mais plus résistants.

 

Tous les bois peuvent faire des manches de couteaux. Le résultat dépendra de l'essence, des défauts ( loupe), du polissage...  Le bois est une matière vivante, qui change au fil du temps selon l'entretien que l'on effectue. 

Pour le façonnage d'un manche en bois, celui-ci doit être bien sec. Il est d'ailleurs souvent mis en attente quelques années, et traité contre les parasites, ainsi que contre l'humidité.

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,